Forum Al Hfifa Arabians

Pour parler cheval tout simplement
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Après la surmortalité des abeilles, les agriculteurs ?

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
AuteurMessage
passenger
galop 9
avatar

Nombre de messages : 9224
Age : 53
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 30/04/2008

MessageSujet: Re: Après la surmortalité des abeilles, les agriculteurs ?   Ven 23 Mai 2014 - 9:13

http://www.sudouest.fr/2014/05/23/intoxication-a-l-ecole-de-villeneuve-33-la-sepanso-depose-plainte-1564352-3268.php

La fédération de Gironde de la Sepanso, association de protection de l'environnement, a déposé plainte contre X auprès du procureur de la République de Libourne suite à l'intoxication de 23 élèves de l'école de Villeneuve, près de Bourg-sur-Gironde, le lundi 5 mai.

L'affaire remonte au 5 mai dernier lorsque les enfants et leur institutrice ont été pris de malaises après un épandage de produits phytosanitaires dans les vignes qui jouxtent l'établissement scolaire.

Selon l'avocat de la Sepanso, Me François Ruffie, le vent était ce jour-là supérieur à 19 km/heure, ce qui est la limite autorisée pour avoir le droit de traiter la vigne.

Le traitement de la vigne dans des conditions non appropriées est punissable de six mois d'emprisonnement et de 150 000 euros d'amende, selon le Code rural et de la pêche maritime.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lexiqueducheval.net
Ptéroïs
galop 8
avatar

Nombre de messages : 3199
Age : 67
Localisation : Vendée
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Après la surmortalité des abeilles, les agriculteurs ?   Mar 17 Juin 2014 - 4:30

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cath.
maitre pipelette
avatar

Nombre de messages : 22479
Age : 48
Localisation : A l'ouest, au frais...
Date d'inscription : 25/07/2005

MessageSujet: Re: Après la surmortalité des abeilles, les agriculteurs ?   Mar 17 Juin 2014 - 5:33

Ah oui 200 m des habitations, plus le peine d'envisager d'avoir une agriculture dans le Finistère, et dans l'Ouest de la France. Encore une idée de parisiens qui ne connaissent que la Beauce...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
passenger
galop 9
avatar

Nombre de messages : 9224
Age : 53
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 30/04/2008

MessageSujet: Re: Après la surmortalité des abeilles, les agriculteurs ?   Lun 23 Juin 2014 - 13:08

Bon, on continue dans les joyeusetés ?


Touchant un enfant sur 68 en 2014, au lieu d'un sur 150 en 2000, l'autisme a fortement augmenté ces dernières décennies aux Etats-Unis. Une progression qui serait en partie corrélée au développement des pesticides. D'après une étude de chercheurs californiens publiée lundi 23 juin, une femme enceinte qui vit près d'une ferme utilisant ces produits chimiques a un risque 66 % plus élevé de voir son enfant développer la maladie.
(...) « Nous avons constaté que plusieurs types de pesticides ont été plus couramment utilisés près des habitations où les enfants ont développé le syndrome de l'autisme ou ont eu des retards » de développement, (...) Si l'enquête publiée dans le journal Environmental Health Perspectives n'établit pas de relation de cause à effet entre pesticide et autisme, les chercheurs ont découvert que les risques d'autisme étaient d'autant plus élevés que le contact avec les pesticides se faisait au deuxième et au troisième trimestre de la grossesse. Le développement du cerveau du fœtus pourrait être particulièrement sensible aux pesticides.
(...) "le message est très clair : les femmes enceintes doivent faire attention à éviter tout contact avec les produits chimiques de l'agriculture".

Les pesticides étudiés étaient les organophosphorés (notamment le chlorpyrifos ou CPF, un insecticide également acaricide et nématicide) et les pyréthrinoïdes.
"La découverte est particulièrement ennuyeuse car les pyréthrinoïdes étaient supposés être une alternative plus saine et plus sûre que les organophosphorés".

http://www.environmentalhealthnews.org/ehs/news/2014/jun/autism-and-pesticides
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lexiqueducheval.net
Isabel
maitre pipelette
avatar

Nombre de messages : 21176
Age : 50
Localisation : Ma Belle Normandie :o)
Date d'inscription : 25/07/2005

MessageSujet: Re: Après la surmortalité des abeilles, les agriculteurs ?   Mer 25 Juin 2014 - 1:30

vous l'avez peut être déjà mis, mais je viens d'écouter ceci :

http://openingnews.over-blog.com/la-mort-est-dans-le-pr%C3%A9
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://elevagedescolines.free.fr/
mazel
galop 7
avatar

Nombre de messages : 1016
Localisation : 62
Date d'inscription : 02/08/2005

MessageSujet: Re: Après la surmortalité des abeilles, les agriculteurs ?   Mer 25 Juin 2014 - 6:20

A lire :
Enregistré à la Présidence de l’Assemblée nationale le 25 février 2014.

http://www.assemblee-nationale.fr/14/europe/rap-info/i1828.asp

En résumé :

Citation :
SYNTHÈSE DU RAPPORT

L’« épidémie mondiale » de maladies chroniques constatée par l’Organisation mondiale de la santé s’explique notamment par la dégradation de la qualité de l’environnement. Certaines de ces maladies connaissent en effet des pics spécifiques dans certaines zones géographiques ou parmi des professions particulièrement exposées aux produits chimiques, ce qui tend à démontrer l’importance du facteur environnemental dans leur essor.

La somme de souffrances humaines consécutives aux pathologies d’origine environnementale mais aussi la charge financière qu’elles font peser sur la collectivité doivent pousser les pouvoirs publics à agir.

Les communautés scientifiques mettent notamment en avant, comme facteur contribuant à l’explosion de ces pathologies de civilisation, l’action des perturbateurs endocriniens, à savoir des substances chimiques modifiant durablement le fonctionnement hormonal des êtres humains et de la faune, présentes dans toutes sortes de produits industriels ou agricoles de consommation courante.

Ce dossier doit impérativement être traité à l’échelle communautaire car il a des implications sanitaires, environnementales, industrielles et commerciales, autant de sujets qui relèvent du marché intérieur. Or la stratégie européenne ad hoc, qui date de 1999, est devenue totalement obsolète au regard des progrès scientifiques enregistrés depuis lors.

C’est ce qui a motivé l’adoption à une très large majorité par le Parlement européen, le 14 mars 2013, d’une résolution « sur la protection de la santé publique contre les perturbateurs endocriniens ».

L’urgence est non seulement sanitaire mais aussi juridique, dans la mesure où plusieurs textes législatifs européens relatifs aux produits chimiques auraient dû être révisés ou complétés par des actes délégués avant fin 2013. La Commission européenne n’est toutefois même pas parvenue à franchir la première étape, consistant à élaborer des critères de définition scientifique des perturbateurs endocriniens.

Les perturbateurs endocriniens font peser un risque majeur sur la santé humaine et les générations futures. Ils se caractérisent en effet non pas par un effet toxique direct mais par une modification du système de régulation hormonale susceptible de provoquer un effet toxique.

Ces molécules agissent en mimant, bloquant ou bouleversant l’action d’une hormone, ce qui perturbe le fonctionnement normal d’un organisme. Elles pénètrent dans le corps des êtres vivants qu’elles contaminent via plusieurs interfaces : les voies digestives, le système respiratoire ou la surface de la peau. La contamination peut enfin intervenir, par les voies cutanée ou digestive, à cause de la consommation d’eau du robinet ou à son contact.

Depuis le début des années 2000, grâce aux progrès des recherches, le nombre de produits chimiques identifiés comme préoccupants en tant que perturbateurs endocriniens ainsi que la diversité de leurs effets sur la santé humaine et la faune ont crû dans des proportions importantes, tous les domaines de consommation courante étant aujourd’hui concernés.

La toxicité des perturbateurs endocriniens n’est pas fonction de la dose de produit ingéré dans l’organisme d’un individu mais du stade de développement auquel il se trouve au moment de l’exposition : ce n’est pas la dose d’exposition qui fait le poison mais la période d’exposition. À cet égard, les périodes les plus problématiques du cycle de vie, que l’on peut qualifier de fenêtres de vulnérabilité, sont la vie prénatale, la petite enfance et la puberté.

Par ailleurs, l’intoxication consécutive à une exposition aux perturbateurs endocriniens est susceptible de ne se manifester par l’apparition de pathologies graves que plusieurs décennies plus tard.

La nocivité des perturbateurs endocriniens tient enfin à deux effets multipliant le risque : l’effet cumulatif et l’effet cocktail.

*
………… (lire la suite sur le site)……

Malheureusement, le jeu des influences a clairement conduit à retarder l’action de l’Union européenne sur les perturbateurs endocriniens.

Les lobbies industriels, amenés par leurs intérêts particuliers à rejeter l’idée d’une réglementation plus sévère, militent contre une « approche binaire » discriminant substances chimiques inoffensives et dangereuses, mais pour une distinction entre les substances chimiques ayant un mode d’action endocrinien en fonction de leur degré de toxicité.

La pseudo-controverse scientifique de l’été 2013 a aussi contribué à retarder le travail de la Commission européenne. Certains expliquent la polémique étouffée dans l’œuf par le fait que la plupart des scientifiques signataires du fameux éditorial sont en conflits d’intérêts ; la Commission européenne avance quant à elle qu’il s’agirait plus prosaïquement de la manifestation d’une incompréhension de principe entre deux clans scientifiques, les endocrinologues contre les toxicologues.

Quoi qu’il en soit, ces désaccords entre scientifiques, portés sur la place publique, ont compliqué la prise en main du dossier par les instances politiques et l’industrie a obtenu l’organisation d’une étude d’impact, une procédure qui ne fait pas l’unanimité et ne permet pas de clarifier le calendrier.

En dépit de la résolution du Parlement européen, le dossier des perturbateurs endocriniens s’est donc enlisé, au point que rien de concret ne sera acté avant les élections au Parlement européen et le renouvellement de la Commission européenne qui s’en suivra.

Sur le dossier des perturbateurs endocriniens, l’Union européenne ne doit pas moins conserver comme priorité de faire primer la vérité scientifique, dans l’intérêt des personnes, en tant que citoyens, consommateurs et contribuables.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
flika
maitre pipelette
avatar

Nombre de messages : 18001
Age : 66
Localisation : Sud Ouest
Date d'inscription : 18/10/2005

MessageSujet: Re: Après la surmortalité des abeilles, les agriculteurs ?   Mer 25 Juin 2014 - 7:13

Dormez tranquilles, braves gens... Monsanto veille sur les abeilles :
http://www.reporterre.net/spip.php?article5614
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mazel
galop 7
avatar

Nombre de messages : 1016
Localisation : 62
Date d'inscription : 02/08/2005

MessageSujet: Re: Après la surmortalité des abeilles, les agriculteurs ?   Mer 25 Juin 2014 - 10:20

flika a écrit:
Dormez tranquilles, braves gens... Monsanto veille sur les abeilles :
http://www.reporterre.net/spip.php?article5614

Bah pourquoi se gêner, "juge et partie", c'est le top pour continuer le business !  triste
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mazel
galop 7
avatar

Nombre de messages : 1016
Localisation : 62
Date d'inscription : 02/08/2005

MessageSujet: Re: Après la surmortalité des abeilles, les agriculteurs ?   Ven 27 Juin 2014 - 15:38

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
cath.
maitre pipelette
avatar

Nombre de messages : 22479
Age : 48
Localisation : A l'ouest, au frais...
Date d'inscription : 25/07/2005

MessageSujet: Re: Après la surmortalité des abeilles, les agriculteurs ?   Lun 28 Juil 2014 - 6:15

Une suite dans l'actu ce matin

Localtis édition du 25/07/2014
Au cours de sa dernière séance avant la trève estivale, le Sénat a adopté, jeudi 24 juillet, les conclusions de la commission mixte paritaire (CMP) sur le projet de loi d’avenir pour l’agriculture, l’alimentation et la forêt. Le texte a été adopté par 181 voix pour et 135 contre. Pour qu’il le soit définitivement, ces mêmes conclusions devront être validées par l’Assemblée, au mois de septembre, lors de la session extraordinaire de rentrée.
Parmi les sujets qui restaient en débat figurait notamment l’usage des pesticides aux abords des habitations. Malgré sa forte mobilisation, l’ONG Générations Futures, forte d’une pétition ayant recueilli 130.000 signatures, n’est finalement pas parvenue à faire passer l’idée d’un "cordon sanitaire" autour de tous les lieux de vie afin qu’ils ne soient pas au contact des pesticides. En revanche, des mesures de protection devront bien être mises en œuvre autour des lieux accueillant des personnes vulnérables (crèches, écoles, hôpitaux, maisons de retraite), comme l’ont décidé les députés lors de leur deuxième lecture (article 23).
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ptéroïs
galop 8
avatar

Nombre de messages : 3199
Age : 67
Localisation : Vendée
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Après la surmortalité des abeilles, les agriculteurs ?   Ven 20 Mar 2015 - 5:50

Reçu ce matin:



Dernière édition par Ptéroïs le Ven 20 Mar 2015 - 9:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ptéroïs
galop 8
avatar

Nombre de messages : 3199
Age : 67
Localisation : Vendée
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Après la surmortalité des abeilles, les agriculteurs ?   Ven 20 Mar 2015 - 5:52

Reçu ce matin:



Dernière édition par Ptéroïs le Ven 20 Mar 2015 - 9:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ptéroïs
galop 8
avatar

Nombre de messages : 3199
Age : 67
Localisation : Vendée
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Après la surmortalité des abeilles, les agriculteurs ?   Ven 20 Mar 2015 - 5:52

Re�u ce matin:



Dernière édition par Ptéroïs le Ven 20 Mar 2015 - 9:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ptéroïs
galop 8
avatar

Nombre de messages : 3199
Age : 67
Localisation : Vendée
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Après la surmortalité des abeilles, les agriculteurs ?   Ven 20 Mar 2015 - 5:52

Re�u ce matin:



Dernière édition par Ptéroïs le Ven 20 Mar 2015 - 9:26, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ptéroïs
galop 8
avatar

Nombre de messages : 3199
Age : 67
Localisation : Vendée
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Après la surmortalité des abeilles, les agriculteurs ?   Ven 20 Mar 2015 - 5:53

Reçu ce matin:



Dernière édition par Ptéroïs le Ven 20 Mar 2015 - 9:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ptéroïs
galop 8
avatar

Nombre de messages : 3199
Age : 67
Localisation : Vendée
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Après la surmortalité des abeilles, les agriculteurs ?   Ven 20 Mar 2015 - 5:55

Reçu ce matin:


Dernière édition par Ptéroïs le Ven 20 Mar 2015 - 9:27, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ptéroïs
galop 8
avatar

Nombre de messages : 3199
Age : 67
Localisation : Vendée
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Après la surmortalité des abeilles, les agriculteurs ?   Ven 20 Mar 2015 - 6:03

Reçu ce matin:

Cher ami, chère amie,

Nous sommes peut-être en train d'obtenir une victoire historique pour les abeilles et l'environnement.

Hier en France, l'Assemblée nationale a voté un amendement qui interdit pour de bon les pesticides néonicotinoïdes tueurs d'abeilles sur le sol français !

Si l'amendement est confirmé par le Sénat, c'est tout le travail que nous avons mené ensemble ces deux dernières années qui est récompensé. La France créerait un précédent en Europe, obligeant les autorités des autres pays et l'UE à revoir leur législation sur les néonicotinoïdes.

Ça pourrait être la fin des pesticides tueurs d'abeilles en Europe. Pour de bon !

Mais rien n'est encore joué : le Sénat doit encore se prononcer sur le texte. Et là, la bataille va être rude.

Le mois dernier déjà, les sénateurs ont rejeté la proposition d'un des leurs de faire un moratoire sur les néonicotinoïdes en France. A 248 voix, contre 64...

La majorité d'entre eux est loin d'être favorable à l'interdiction demandée par les députés. Le gouvernement aussi est contre, et de leur côté, les lobbies de l'industrie agrochimique sont déjà sur le pied de guerre pour pousser les sénateurs à refuser le texte !

Du coup, ici à Pollinis, toute l'équipe est sur le pont pour préparer la bataille.

Il nous reste à peine un mois pour convaincre au moins 200 sénateurs de voter en faveur de l'interdiction, et notre stratégie est claire :

--- prendre d'assaut les bureaux des sénateurs, multiplier les rendez-vous pour leur montrer la dangerosité des pesticides néonicotinoïdes pour les pollinisateurs, l'environnement et la santé. Et les empêcher de céder aux sirènes des lobbies agrochimiques !

--- mobiliser les citoyens, en France et dans toute l'Europe, pour leur mettre une pression massive et déterminante.

Toutes les avancées que nous avons obtenues jusque-là, nous les devons à notre nombre, et notre persévérance. Je ne vous remercierai jamais assez de votre engagement avec Pollinis pour sauver les pollinisateurs et l'alimentation des générations futures !

D'ici quelques semaines, j'aurai besoin de votre mobilisation pour obliger les sénateurs à voter l'interdiction des néonicotinoïdes demandée par les députés.

Surveillez bien votre boîte mail, et commencez à en parler autour de vous, pour que, au moment de frapper, notre action soit puissante – et déterminante !

Et que nous débarrassions la France, puis l'Europe, de ces pesticides toxiques responsables de la mort de millions d'abeilles chaque année, et de dégâts sur les sols, l'eau, et sur la santé humaine qu'on commence à peine à mesurer.

A très vite !



Nicolas Laarman

Délégué général

Pollinis

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
passenger
galop 9
avatar

Nombre de messages : 9224
Age : 53
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 30/04/2008

MessageSujet: Re: Après la surmortalité des abeilles, les agriculteurs ?   Ven 20 Mar 2015 - 6:30

Tu commences le lobbying par nous, Ptérois ? Tu sais, une fois suffit ! très content
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lexiqueducheval.net
cath.
maitre pipelette
avatar

Nombre de messages : 22479
Age : 48
Localisation : A l'ouest, au frais...
Date d'inscription : 25/07/2005

MessageSujet: Re: Après la surmortalité des abeilles, les agriculteurs ?   Ven 20 Mar 2015 - 6:48

Holà ! rire
On voit la différence de sensibilité des élus aux problématiques des citoyens en fonction du type de suffrage Assez content
Les sénateurs ne servent à rien d'autres que nous couter du fric et ils le montrent encore.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ptéroïs
galop 8
avatar

Nombre de messages : 3199
Age : 67
Localisation : Vendée
Date d'inscription : 03/12/2005

MessageSujet: Re: Après la surmortalité des abeilles, les agriculteurs ?   Ven 20 Mar 2015 - 9:34

Je suis désolé, pas encore Alzheimer, ni ne bégaie, mais quand j'ai voulu poster, le site me mettait qu'il était en maintenance, je n'ai essayé que deux fois et ai abandonné. Je n'arrive pas a enlever toutes les répétitions, juste les textes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
passenger
galop 9
avatar

Nombre de messages : 9224
Age : 53
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 30/04/2008

MessageSujet: Re: Après la surmortalité des abeilles, les agriculteurs ?   Ven 18 Mar 2016 - 0:15

Ptéroïs a écrit:
Reçu ce matin:
Nous sommes peut-être en train d'obtenir une victoire historique pour les abeilles et l'environnement.
Hier en France, l'Assemblée nationale a voté un amendement qui interdit pour de bon les pesticides néonicotinoïdes tueurs d'abeilles sur le sol français !
Si l'amendement est confirmé par le Sénat, c'est tout le travail que nous avons mené ensemble ces deux dernières années qui est récompensé. La France créerait un précédent en Europe, obligeant les autorités des autres pays et l'UE à revoir leur législation sur les néonicotinoïdes.
Ça pourrait être la fin des pesticides tueurs d'abeilles en Europe. Pour de bon !
Mais rien n'est encore joué : le Sénat doit encore se prononcer sur le texte. Et là, la bataille va être rude.
Le mois dernier déjà, les sénateurs ont rejeté la proposition d'un des leurs de faire un moratoire sur les néonicotinoïdes en France. A 248 voix, contre 64...
La majorité d'entre eux est loin d'être favorable à l'interdiction demandée par les députés. Le gouvernement aussi est contre, et de leur côté, les lobbies de l'industrie agrochimique sont déjà sur le pied de guerre pour pousser les sénateurs à refuser le texte !
Pollinis

L'histoire bégaie...

on en est à nouveau stictement au même point que l'année dernière, ce qu'écrivait Ptérois !

Les députés viennent d'interdire les pesticides néonicotinoides : 30 voix contre 28, la bataille a été rude, mais avec peu de députés ; contre l'avis des politiques (le ministre de l'agriculture a pesé de tout son poids pour faire pression sur tous les députés!) ; mais en repoussant la date d'effet à 2018 et en envisageant les produits de remplacement. Mais bon, ce serait déjà pas mal.

MAIS reste à nouveau le passage devant le Sénat... comme l'année dernière ? Assez content



nb : l'un des pires est l'imidaclopride ; connu en agriculture sous le nom de Gaucho et l'enrobage de semences ; mais aussi dans les pipettes pour chien chat, type Advantage et Adventix ; je ne sais pas s'il est contenu dans les produits "humains" ou chevaux ? La liste est trop longue!

http://www.ircp.anmv.anses.fr/index.aspx?letter=B : la colonne intéressante est la 7e, "substances actives"

Par exemple le Butox en contient un trés dangereux le deltamethrine.
Je crains que les épidémies de zica, dengue et la menace du moustique tigre en France, ne participent aussi au débat, "nécessité faisant loi" ? Confus
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lexiqueducheval.net
Kiraz
galop 5
avatar

Nombre de messages : 570
Age : 24
Localisation : Essayez la gare...
Date d'inscription : 26/01/2013

MessageSujet: Re: Après la surmortalité des abeilles, les agriculteurs ?   Mer 23 Mar 2016 - 4:06

"Un petit clic qui pourrait peut-être nous éviter une grand claque"

J'ai bien aimé cette vidéo ; j'avais signé la pétition.



Pour info : le principal syndicat des agriculteurs soutient au max les pesticides, ce que ceux-ci déplorent pour une partie ; les agriculteurs "bio" ont moins de subventions mais finissent par mieux s'en sortir, y compris chez les éleveurs, parce que ça coûte moins cher ; j'en avais une troisième mais je l'ai zappée en écrivant, désolée.

Autrement, j'ai également bien aimé cette vidéo :



Franchement, on s'fou d'sa tronche à Nico, mais je trouve qu'il explique bien les choses. La première vidéo est assez alarmante, d'ailleurs, je trouve.

On [la France] est le troisième acheteur de pesticide au monde, ce qui signifie qu'une grande majorité des agris en utilisent. Après tout ce qui se dit dans ces vidéos et le paragraphe que j'ai écrit au-dessus, on peut se demander pourquoi les agriculteurs persistent et signent à continuer à faire une activité de façon non rentable, alors qu'ils ont des solutions pour inverser les choses (il me semble). Des solutions qui évidemment n'ont rien à voir avec le gâchis de lait sur du béton pour avoir plus d'argent de la part de l'Etat (vous et moi). Ils voient bien (ou pas? enfin ils sont pas si bêtes quand même  Ben voyons ) que c'est une impasse mais ils ne font pas demi-tour et de prendre une autre route.

Maintenant je ne suis pas agri, il me manque probablement des pièces du puzzle pour comprendre pourquoi des agris continuent à utiliser des produits qui leur font perdre et l'argent et la santé..................................................................
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
passenger
galop 9
avatar

Nombre de messages : 9224
Age : 53
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 30/04/2008

MessageSujet: Re: Après la surmortalité des abeilles, les agriculteurs ?   Ven 22 Avr 2016 - 3:01

Pour info :  à part la toxicité directe des pesticides et perturbateurs endocriniens, on a aussi identifié une maladie émergente : l’hypersensibilité chimique multiple (ou intolérance idiopathique environnementale, son petit nom  scientifique)

Une affection complexe, peu connue, qui peut se manifester à travers de multiples symptômes, donc difficile à identifier : souvent des maux de tête, des troubles du langage, des difficultés de concentration ou des malaises plus ou moins graves en présence des produits chimiques (perte d’équilibre, jusqu’à la perte de conscience).
Il n’y a pas de marqueur biologique propre à cette pathologie. Le diagnostic se baserait sur un test: le Qeesi[2].
http://www.journaldelenvironnement.net/article/l-hypersensibilite-chimique-multiple-maladie-emergente,43097

le test QEESI : http://www.sosmcs.org/docs/colonne/qeesifrench.pdf

L'intolérance environnementale idiopathique (sensibilité chimique multiple) - Environnement, Risques & Santé. Volume 9, Numéro 5, 393-400, septembre-octobre 2010
L'intolérance idiopathique environnemental est la terminologie maintenant universellement acceptée pour une affection syndromique qui a connu de nombreuses dénominations, la plus répandue étant celle de sensibilité chimique multiple. Ce syndrome regroupe des symptômes variés attribués à une perception souvent - mais non obligatoirement - olfactive de substances chimiques de l'environnement général ou professionnel jugées nocives par le patient. Décrite essentiellement dans les pays occidentaux, cette affection a une prévalence très variable d'une contrée à l'autre. De très nombreuses théories étiopathogéniques se sont affrontées, les unes privilégiant une origine toxique (immunotoxique, neurotoxique¿), les autres évoquant un mécanisme psychopathologique proche de celui des affections psychosomatiques. Un très important retentissement de ce syndrome est démontré sur la vie personnelle et professionnelle du patient ; il peut être limité par une prise en charge médicale spécialisée reconnaissant la souffrance du patient, limitant les examens complémentaires aux seules investigations nécessaires au diagnostic différentiel et recherchant le meilleur équilibre entre, d'une part, l'éviction prudente des substances incriminées et, d'autre part, le maintien au travail et la préservation des activités sociales.
http://www.chu-rouen.fr/page/hypersensibilite-chimique-multiple

Deux ex-salariés de l'entreprise agroalimentaire Nutréa - Triskalia à Plouisy (Côtes d'Armor) ont été reconnus avoir cette pathologie et être en maladie professionnelle par la MSA, suite à l'intoxication par des pesticides en 2009 et 2010. Le Tribunal des Affaires de Sécurité sociale de St Brieuc a condamné l'entreprise pour faute inexcusable de l’employeur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lexiqueducheval.net
passenger
galop 9
avatar

Nombre de messages : 9224
Age : 53
Localisation : sud ouest
Date d'inscription : 30/04/2008

MessageSujet: Re: Après la surmortalité des abeilles, les agriculteurs ?   Jeu 14 Juil 2016 - 13:51

Effets des pollutions chimiques sur le cerveau des enfants

"L’appel est sans précédent. Dans une « déclaration de consensus » publiée dans la revue Environmental Health Perspectives et présentée mardi 12 juillet, une cinquantaine de chercheurs et de cliniciens américains, spécialistes du développement cérébral, établissent un lien entre polluants environnementaux et augmentation des troubles neuro-comportementaux constatée chez les enfants. Les auteurs, appuyés par neuf sociétés savantes représentant plusieurs dizaines de milliers de scientifiques et de soignants, demandent une révision profonde de la régulation des substances chimiques.

« Aux Etats-Unis, les enfants ont aujourd’hui un risque inacceptablement élevé de développer des troubles neuro-développementaux comme l’autisme, le déficit d’attention et l’hyperactivité, des déficiences intellectuelles et d’autres troubles de l’apprentissage ou du comportement », écrivent les auteurs. Les statistiques officielles américaines sont éloquentes. Outre-Atlantique, un enfant sur dix est considéré comme hyperactif ou frappé de déficit d’attention, et un enfant sur soixante-huit est porteur d’un trouble du spectre autistique (autisme, syndromes de Rett ou d’Asperger, etc.) – dans les années 1970, cette proportion était de l’ordre d’un enfant sur… 3 000. Au total, un enfant sur six est aujourd’hui touché par un trouble du développement, un taux en augmentation de 17 % au cours de la dernière décennie.

« Ce sont des troubles complexes aux causes multiples, génétiques, sociales, environnementales, écrivent les auteurs. Mais la contribution des substances toxiques est réelle et peut être évitée. » Celles-ci, dont certaines peuvent « interférer avec le cerveau en développement à des niveaux d’exposition extrêmement bas », agissent surtout au cours de certaines périodes : période intra-utérine, petite enfance, adolescence. Or, notent les chercheurs, « l’exposition à ces substances est généralisée ». Aux Etats-Unis, les substances les plus problématiques listées par les auteurs sont les pesticides organophosphorés, les retardateurs de flammes (des substances utilisées pour ignifuger les meubles rembourrés), la pollution atmosphérique (particules fines, oxydes d’azote, etc.), le plomb, le mercure (présent dans certains produits de la mer) et les PCB – des huiles initialement utilisées dans les transformateurs électriques, interdites, mais désormais omniprésentes dans l’environnement et l’alimentation.

« Globalement, les niveaux d’exposition de la population sont mieux connus aux Etats-Unis qu’en Europe, mais il y a de grandes chances que les situations soient comparables, dit Rémy Slama, épidémiologiste environnemental (Inserm).
(...)

source http://abonnes.lemonde.fr/pollution/article/2016/07/13/le-cerveau-des-enfants-au-risque-de-la-pollution-chimique_4968612_1652666.html
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.lexiqueducheval.net
s2bu
galop 9
avatar

Nombre de messages : 6820
Age : 37
Localisation : Saint Quentin 02
Date d'inscription : 08/01/2008

MessageSujet: Re: Après la surmortalité des abeilles, les agriculteurs ?   Jeu 14 Juil 2016 - 14:16

on est bouffé par toutes les saloperies qu'on mange, respire etc... les pesticides, les matériaux, les meubles, les teintures des vetements, les plastiques, la bouffe... TOUT ou bcp en tout cas.
on est qu'au début de gros problemes de santé... cancers en tout genre et a tous ages, troubles la croissance, infertilité, grossesses difficiles, pb neonatalité, prématurité, mutations génétiques, malformations etc etc etc
quel avenir !!! :-/
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Après la surmortalité des abeilles, les agriculteurs ?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Après la surmortalité des abeilles, les agriculteurs ?
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 4Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4  Suivant
 Sujets similaires
-
» Contraception pendant l'allaitement... et après
» Archives départementales - Inventaire après décès
» Meules ? sur inventaire après décès
» Oter l'odeur de transpiration même après le lavage
» Aide à domicile après opération

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Al Hfifa Arabians :: Forum - Discussions hors sujet cheval-
Sauter vers: