Forum Al Hfifa Arabians

Pour parler cheval tout simplement
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Dettes incommensurables ...?

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
bulle de fay
galop 9
avatar

Nombre de messages : 9752
Age : 64
Localisation : Entre Loiret et Haute Loire
Date d'inscription : 25/07/2005

MessageSujet: Re: Dettes incommensurables ...?   Lun 6 Nov 2017 - 4:28

LeVieux a écrit:
Après, bien sûr, ce sera goupillé pour que certains paient plus que d'autres......

Le présent me semblerait plus près de la réalité que le futur.... (IFI, CICE versus augmentation de la CSG par exemple) Perfide
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mazel
galop 7
avatar

Nombre de messages : 1082
Localisation : 62
Date d'inscription : 02/08/2005

MessageSujet: Re: Dettes incommensurables ...?   Jeu 26 Avr 2018 - 4:39

Voilà que le papier vient à manquer pour faire fonctionner la planche à billets d’après l’agence Reuters repris par « Challenges »Touché

https://www.challenges.fr/finance-et-marche/bce-premiere-diminution-du-stock-de-dette-souveraine_582706

FRANCFORT (Reuters) - L'encours de dette souveraine de la Banque centrale européenne (BCE) a diminué pour la première fois la semaine dernière, celle-ci n'ayant pu refinancer les obligations arrivées à maturité, suivant des données publiées lundi.

C'est la première fois que la BCE ne peut suivre le rythme des remboursements de ses avoirs en dette souveraine, attestant des difficultés qu'elle éprouve à trouver suffisamment de papier de bonne qualité pour faire tourner à plein régime son programme d'assouplissement quantitatif (QE) de 2.550 milliards d'euros.

Ce programme, lancé en 2015, avait entre autres pour objectifs d'éradiquer la menace déflationniste et de porter l'inflation vers l'objectif de la banque centrale, soit un taux d'un petit peu moins de 2%.

L'inflation de la zone euro tend à se stabiliser à un peu plus de 1%.

La BCE achète 30 milliards d'euros d'obligations par mois et, dans la mesure où elle est déjà arrivée à 22 milliards pour le mois d'avril, elle peut raisonnablement espérer atteindre une nouvelle fois son quota mensuel.

Mais la question de la rareté du papier de bonne qualité risque de peser lourd dans la balance lorsqu'il s'agira de décider de dénouer le programme QE, dont la fin est généralement attendue pour la fin de l'année.

(Francesco Canepa, Wilfrid Exbrayat pour le service français, édité par Marc Joanny)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mazel
galop 7
avatar

Nombre de messages : 1082
Localisation : 62
Date d'inscription : 02/08/2005

MessageSujet: Re: Dettes incommensurables ...?   Ven 11 Mai 2018 - 2:52

Le point par le FMI (Fond Monétaire International) en avril 2018 sur ces « fameuses »  dettes :

https://www.imf.org/external/french/np/blog/2018/041818f.htm

Extraits :

Citation :
La dette publique joue un rôle important dans l’explosion de la dette mondiale. Dans les pays avancés, le ratio de la dette au PIB atteint des niveaux sans précédent depuis la Deuxième Guerre mondiale. Le ratio d’endettement public ne cesse d’augmenter depuis 50 ans.

.....

L’ampleur de la dette publique et des déficits est préoccupante pour plusieurs raisons.

Les pays surendettés s’exposent aux aléas d’un resserrement soudain des conditions du financement qui, s’il survenait, limiterait leur capacité d’emprunter et menacerait leur économie. L’histoire démontre par ailleurs que les récessions qui frappent les pays dont la dette et les déficits sont élevés (à la suite, par exemple, d’une crise financière) seront plus profondes et plus longues, car ces pays seront incapables de mettre en place des mesures de relance budgétaire. Cette question est abordée dans le Moniteur des finances publiques d’octobre 2016.

Moment propice pour juguler l’endettement et les déficits excessifs

Comme la croissance s’accélère dans la plupart des pays, il n’est plus approprié de soutenir la demande au moyen d’une relance budgétaire. On s’attend par ailleurs à une baisse des multiplicateurs budgétaires, qui mesurent les retombées à court terme des variations des impôts ou des dépenses sur la production. Les avantages à tirer des mesures de relance budgétaire à court terme seront donc limités alors qu’en comparaison, sur le plan économique, le coût des mesures de réduction de la dette et des déficits devient plus abordable. En allégeant leur dette et en réduisant leurs déficits dès maintenant, les pays réduiront leur vulnérabilité aux fluctuations du sentiment des marchés. Ils s’assureront aussi de dégager une marge de manœuvre suffisante pour intervenir en cas de repli de l’économie, soit lorsque les multiplicateurs budgétaires seront plus élevés.

Que doit faire la politique budgétaire ?

Dans l’ensemble, selon nos prévisions, les ratios de la dette au PIB diminueront dans la plupart des pays au cours des trois à cinq prochaines années. Ce résultat dépend toutefois du respect intégral des engagements. Aucun relâchement n’est autorisé.

Soulignons que nous prévoyons une baisse des ratios de la dette publique dans tous les pays avancés sauf un, les États-Unis. La révision du code des impôts américain et l’accord budgétaire sur deux ans devraient entraîner une expansion de l’activité économique du pays jusqu’en 2020. Ces mesures créeront un déficit global annuel de plus de 1.000 milliards de dollars au cours des trois prochaines années, ce qui représente plus de 5 % du PIB. Cela s’ajoute à la tendance à la hausse de la dette publique, pour la porter à 117 % du PIB en 2023. Nos prévisions sont qualitativement similaires à celles récemment publiées par le Congressional Budget Office.

Dans le Moniteur des finances publiques d’avril 2018, nous invitons instamment les décideurs à rejeter les mesures budgétaires qui prévoient une relance superflue à un moment où l’activité économique s’accélère déjà. La plupart des pays avancés, émergents ou en développement à faible revenu devraient s’en tenir à leurs plans budgétaires et orienter fermement leur déficit et leur dette à la baisse. Ils devraient aussi mener des réformes budgétaires propres à accroître la productivité et à promouvoir le capital humain et physique.


.......

Nul ne peut prédire les hauts et les bas des économies nationales. Les administrations prudentes et efficaces savent profiter des embellies pour se préparer aux tempêtes qui pointent à l’horizon.


Ceci peut expliquer les orientations et la fermeté des politiques actuelles...

Et pour ce qui est des « hypothétiques tempêtes », tout est déjà prévu par le législateur ( loi Sapin 2) Imbecile Heureux pour l’épargne des français (l’assurance-vie est notamment le placement favori des français):
https://www.legifrance.gouv.fr/affichCodeArticle.do;jsessionid=95355977C351215F8D5EB59A33F51928.tplgfr29s_1?cidTexte=LEGITEXT000006072026&idArticle=LEGIARTI000033612214&dateTexte=20180503&categorieLien=id#LEGIARTI000033612214

Citation :
....afin de prévenir des risques représentant une menace grave et caractérisée pour la situation financière de l'ensemble ou d'un sous-ensemble significatif de ces personnes ou pour la stabilité du système financier, prendre les mesures conservatoires suivantes :

a) Limiter temporairement l'exercice de certaines opérations ou activités, y compris l'acceptation de primes ou versements ;

b) Restreindre temporairement la libre disposition de tout ou partie des actifs ;

c) Limiter temporairement, pour tout ou partie du portefeuille, le paiement des valeurs de rachat ;

d) Retarder ou limiter temporairement, pour tout ou partie du portefeuille, la faculté d'arbitrages ou le versement d'avances sur contrat ;

e) Limiter temporairement la distribution d'un dividende aux actionnaires, d'une rémunération des certificats mutualistes ou paritaires ou d'une rémunération des parts sociales aux sociétaires.


La France devra payer ses dettes et l’argent des épargnants y contribuera, car nous sommes tous caution solidaire de la dette nationale d’une façon ou d’une autre. lol!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
mazel
galop 7
avatar

Nombre de messages : 1082
Localisation : 62
Date d'inscription : 02/08/2005

MessageSujet: Re: Dettes incommensurables ...?   Sam 26 Mai 2018 - 12:39

Info reprise sur TV5 Monde :

Citation :
Deux économistes, Dany Lang et Steve Keen, annoncent dans une tribune, ce dimanche 20 mai 2018, un prochain « krach bancaire » équivalent à celui de 2008. Selon eux, sous trois ans, les dettes privées contractées dans des économies "zombies", dopées artificiellement, ne seront plus soutenables et entraîneront un écroulement financier planétaire. Entretien avec Dany Lang, co-auteur de la tribune « Les morts-vivants de la dette et le méga krach à venir".

La suite là :https://information.tv5monde.com/info/economie-doit-craindre-les-morts-vivants-de-la-dette-238025

Extraits :

Citation :
Dans un certain nombre de pays comme la Chine, Hong-Kong, l’Australie, le Danemark, l’Irlande ou la Suède, l'l'endettement privé est arrivé à des niveaux complètement délirants par rapport à la création de richesses. Si je prends l'Irlande par exemple, le taux de croissance du crédit a été supérieur à 20% sur les deux dernières années alors que la croissance du PIB (La richesse nationale créée, ndlr) n'en est pas du tout à ce niveau là. Pour ces pays, le rapport entre la dette privée  — les crédits accordés — et le PIB — est supérieur à 150% : les banques ont prêté à des ménages ou des entreprises qui ne vont jamais rembourser. A un moment les marchés vont s’en rendre compte, et à ce moment là il y aura un mouvement de panique qui mènera à un effondrement.  

Citation :
On nous fait de la dette publique une obsession, alors qu'on devrait être beaucoup moins inquiet à son propos : contrairement à un ménage, un Etat ne part jamais à la retraite. Il n'y a aucun moment où un Etat devra rembourser toute la dette qu'il a, puisqu'une fois qu'une dette arrive à échéance, un Etat peut toujours réemprunter. Une dette devient un problème pour un Etat quand le taux d'intérêt qu'il paye est supérieur à son taux de croissance économique (la France a depuis deux ans des taux d'intérêt d'emprunts à 10 ans de seulement 0,8% en moyenne et sa croissance actuelle du PIB est de 2%, ndlr). Là, ça peut devenir un problème et il faut se désendetter, mais on n’est pas du tout dans cette situation.
Citation :
Avant la crise des subprimes, la dette publique des Etats n'était pas élevée, comme celle de l'Irlande, qui était de 20%, ce qui est très peu. Mais la dette privée a été transformée en dette publique, c'est ce qui explique l'élévation de la dette de l'Irlande après la crise, par le sauvetage des banques en rachetant leurs créances douteuses.
Citation :
....En France, depuis Hollande et Macron, ce sont des politiques d'austérité qui se succèdent. On ne peut pas d'un côté demander à nos économies de courir le marathon et d'un autre leur attacher des boulets aux pieds de plus en plus lourds. La reprise actuelle est dûe à la conjoncture mondiale, par l’optimisme des entrepreneurs qui investissent, mais en empruntant pour financer leurs projets. Vues les politiques d'austérité et le niveau d'endettement déjà très élevé, on n'est pas reparti sur une croissance qui est saine.

Citation :
e]b]Il serait possible d'éviter cette crise en menant les bonnes politiques, c'est-à-dire des politiques qui prennent en compte le problème de la dette privée, ce qui n'est pas le cas aujourd'hui.[/b]  La première solution c'est donc de prendre à bras-le-corps ce problème de surendettement et de procéder à des annulations de dettes. Nous suggérons donc que la Banque centrale procède à de la création monétaire directement sur les comptes des ménages et des entreprises surendettés, en posant comme condition que cette création monétaire soit utilisée pour rembourser les dettes. C'est ce qu'on appelle le "Quantitative easing for the people", (création monétaire pour les gens, par jeux d'écriture comptable, ndlr).
Citation :
Il faut aussi faire des politiques de relance et stopper celles d'austérité. Quand les ménages ne consomment pas, quand les entreprises n'investissent pas, il faut que l'Etat dépense. Le Portugal a depuis 2 ans et demi entamé cette politique là et va mieux : augmentation du salaire minimum, baisse des impôts pour les classes moyennes et populaires, hausse des pensions de retraite, etc. Le problème en Europe n'est pas un problème d'offre mais de demande, et la demande est relativement atone sur le continent. La question n'est donc pas de savoir s'il va y avoir une prochaine crise majeure, la question est de savoir quand. Nous, de notre côté, nous disons 36 mois.


???     Cheval
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Dettes incommensurables ...?   

Revenir en haut Aller en bas
 
Dettes incommensurables ...?
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Football : les clubs demandent aux pouvoirs publics la régularisation de leurs dettes
» comment éviter la faillite
» la carte des dettes d'état
» Option pour la tenue d'une comptabili... quoi?
» Carpimko 2011

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum Al Hfifa Arabians :: Forum - Discussions hors sujet cheval-
Sauter vers: